Association Paléontologique
de Villers-sur-Mer
Le Villare - 14640 Villers-sur-Mer - BP 10 - tél. : 06 22 97 12 41 / 02 31 14 51 71 - Contact par mail
Activités - Best of 2013

Réunion mensuelle avec projection du film de Jean-Pierre Loevenbruck : « Meurtre Passage des Muttes », suivi d’un buffet-dîner (salle Bagot) à 20h

Le 30/11/2013

Salle Bagot (au bout de la rue Comtesse de Béarn), à 20h

Soirée réservée aux adhérents et invités spéciaux :

                 1ère partie : Vie de l`association, échos scientifiques

                 2e  partie : Film de Jean-Pierre Loevenbruck «Meurtre Passage des Muttes» (2013, 75 min)

                 3e  partie : buffet-dîner  

 

Le film policier MEURTRE PASSAGE DES MUTTES, écrit et réalisé par Jean-Pierre Loevenbruck, cinéaste bien connu et Président de l’Association Villers Animation et Loisirs, démontre combien il faut se méfier des ammonites lorsqu'on fréquente les petits chemins.

En effet, un commissaire en retraite, accompagné de son adjoint et de deux enfants, va mener une enquête à Villers et dans les environs (notamment Repentigny et Saint-Germain de Livet) afin de répondre à trois questions simples :

Quelle est l'identité de la victime ?

Qui est l'assassin ?

Pourquoi une ammonite ?

 

Des membres de l'APVSM ainsi que de nombreux Villersois ont contribué à animer ce film.

 

 

Jean-Pierre Loevenbruck          Damien Simard dans « Meurtre Passage des Muttes »


Réunion mensuelle avec un exposé d’Alain Delattre sur «Reconstitution anatomique humaine en histoire, ethnologie et paléontologie» (salle Bagot) à 20h

Le 09/11/2013

Salle Bagot (au bout de la rue Comtesse de Béarn), à 20h

Soirée réservée aux adhérents et aux invités spéciaux

1ère partie : Vie de l`association, échos scientifiques

  2e partie : Exposé sur «Reconstitution anatomique humaine en histoire, ethnologie et paléontologie» par AAlain Delattre

  3e partie : Détermination de vos fossiles

Alain Delattre : «Reconstitution anatomique humaine en histoire, ethnologie et paléontologie»

Dans la plupart des cultures, les visages et les crânes ont toujours eu une grande valeur symbolique.

Dès la plus haute antiquité, les hommes ont tenté de reconstituer les visages pour célébrer le culte de leurs ancêtres. Au Néolithique, des modelages ou des surmodelages ont été effectués avec de la terre et de la chaux, appliquées directement sur l'os. Il reste parfois des traces de polychromie.

Pour les Egyptiens anciens, le corps momifié était nécessaire pour une vie éternelle.

Dans l'Europe du XVIIème siècle, la valeur symbolique des crânes a persisté par la pratique de moulages en plâtre, puis plus tard, en résine et enfin en cire anatomique.

Depuis quelques années, des techniques de reconstitution, notamment grâce au scanner, ont permis de créer des visages de façon assez précise. Le numérique ayant amélioré progressivement les travaux de remodelage, une nouvelle activité de paléo-artiste est apparue. Ces "sculpteurs" souvent talentueux ont redonné vie, dans de nombreux musés à  des personnages saisissant de vérité.

L'exposé d’Alain Delattre envisagera les techniques de reconstitution et leurs résultats dans les domaines préhistorique, ethnologique et enfin contemporain. Alain Delattre évoquera les progrès des connaissances génétiques qui induisent parfois des problèmes polémiques, dans l'identité de la personne ainsi reconstituée.

  


Réunion mensuelle avec exposé de Joëlle Espinet-Moucadel-Moreau : «La préhistoire du Danemark» (salle Bagot) à 20h

Le 19/10/2013

Salle Bagot (au bout de la rue Comtesse de Béarn), à 20h

Soirée réservée aux adhérents et aux invités spéciaux

1ère partie : Vie de l`association, échos scientifiques

2e partie : Exposé sur « La préhistoire du Danemark » par Joëlle Espinet-Moucadel-Moreau

3e  partie : Détermination de vos fossiles

     

La préhistoire danoise mérite d’être davantage connue.

En effet, elle est relativement ignorée en dehors de la Scandinavie alors que l’un de ses chercheurs C.J Thomsen qui fut en 1819 le premier conservateur du futur Musée National du Danemark à Copenhague avait établi « la théorie des 3 âges » : âge de la pierre, âge du bronze et âge du fer, division élémentaire qui demeure encore de nos jours la base du classement des cultures de la préhistoire.

Par rapport à la préhistoire de l’Europe occidentale, la préhistoire du Danemark est courte en raison des conditions climatiques qui ont rendu impossible la présence humaine stable dans ces régions et de ce fait à part quelques éléments épars du paléolithique supérieur elle ne débute vraiment qu’à la fonte des glaces. Cependant, selon l’acceptation des Danois et telle qu’elle est représentée au Musée National de Copenhague, la préhistoire danoise est longue car elle s’étend dans le temps.

Elle ne commence qu’à l’âge des glaces et ne s’achève qu’à la fin de la période viking, c’est-à-dire à l’époque historique.

Cette préhistoire danoise est courte mais tellement flamboyante, avec un mésolithique exceptionnel, un néolithique tardif mais tellement riche et un âge du bronze incomparable.

Les tourbes danoises ont livré des hommes de l’âge du  fer, sacrifices humains, si bien conservés qu’ils semblent endormis de la veille.

Il existe au Danemark de nombreux musées consacrés à la préhistoire  dont la muséographie est innovante pour présenter des collections superbes et immerger le visiteur dans l’univers quotidien des premiers habitants du Danemark.

A travers son exposé, Joëlle Espinet-Moucadel-Moreau fera revivre cette période préhistorique oh ! combien passionnante.


Excursion à Elbeuf (76) pour l’exposition

Le 18/10/2013

 La journée du vendredi 18 octobre 2013 (de 10h à 17h) sera consacrée à la visite d’une exposition et d’un site archéologique et paléontologique emblématique.

Membre d’honneur de l’APVSM, Jérôme Tabouelle, Attaché de Conservation et Responsable des Collections de Sciences de la Vie et de la Terre à la Fabrique des savoirs, à Elbeuf (76), sera notre guide de la journée.

Le matin, Jérôme nous présentera l’exposition

·         La Seine au temps des mammouths(8 oct.- 9 mars 2014) à la fabuleuse Fabrique des savoirs :

Il y a 200 000 ans, mammouths et rhinocéros laineux peuplaient la vallée de la Seine. Les vestiges découverts sur plusieurs sites archéologiques et paléontologiques en témoignent. Voir http://www.la-crea.fr/fabrique-des-savoirs-de-la-crea-programmation.html

L’après-midi, il nous emmènera aux

·         Roches d’Orival, pour une visite d’un fanum et d’un oppidum

témoins culturels de l'époque gallo-romaine, récemment détectés  (travaux en cours), situés à 5 km d’Elbeuf.

Voir http://www.onf.fr/activites_nature/ oid 1c71/@@display_leisure.html

A midi, déjeuner au restaurant La Providence Brasserie cuisine traditionnelle, menu à 12 euros buffet entrée à volonté plat dessert ; 15 rue Camille Randoing, à Elbeuf (à deux minutes de la Fabrique des savoirs).

Transport vers Elbeuf : par covoiturage à partir de Villers (90 km) et de Paris (120km).

Inscriptions avant mardi 15 octobre par tél. ou par SMS au 06 22 97 12 41 et/ou par mail :   horstgod@gmail.com ou asso.paleo.villers@wanadoo.fr

Pratique :RV le vendredi 18 octobre à 10h à la Fabrique des savoirs,  7, cours Gambetta - 76500 Elbeuf.


Les plésiosaures: évolution, paléobiologie et paléoécologie

Le 21/09/2013
photo

Salle Bagot (au bout de la rue Comtesse de Béarn), à 20h

Soirée réservée aux adhérents et aux invités spéciaux.

1ère partie : Vie de l`association, échos scientifiques, identification de fossiles...

2e partie : «Les plésiosaures: évolution, paléobiologie et  paléoécologie » par Peggy Vincent*

3partie : Détermination de vos fossiles

 

Les plésiosaures sont des animaux emblématiques des mers mésozoïques. Leur apparition à la fin du Trias et leur disparition à la fin du Crétacé, lors de la célèbre crise Crétacé-Tertiaire, en font l’un des groupes de reptiles fossiles les plus remarquables quant à sa longévité (près de 140 millions d’années) et sa diversité (plus d’une centaine d’espèces). Etudiés scientifiquement depuis le début du XIXème siècle, les plésiosaures ont été parmi les premiers fossiles de vertébrés étudiés dans l’histoire de la paléontologie.

Mais leur anatomie très particulière a longtemps troublé les paléontologues. Avec un cou démesurément long, un corps en forme de tonneau et quatre palettes natatoires, les plésiosaures n’ont en effet aucun équivalent dans la nature actuelle ou passée. Cette morphologie singulière est encore source de questionnements : que mangeaient-ils, comment se déplaçaient-ils, quel était leur mode de reproduction et comment interpréter ce long cou ?

Les plésiosaures sont loin d’avoir livré tous leurs secrets. Les paléontologues continuent donc de travailler sans relâche sur ce groupe surprenant. Chaque année et dans diverses régions du monde, de nouveaux spécimens sont découverts. Ils sont alors passés au crible par les chercheurs qui emploient les technologies les plus sophistiquées pour faire parler ces fossiles : tomographie 3D, géochimie isotopique. Les indices s’accumulent et permettent de mieux comprendre les ‘stratégies’ écologiques et biologiques qui ont permis à ces reptiles de régner dans les mers mésozoïques pendant que d’autres reptiles, tout aussi emblématiques, régnaient sur terre.

*Peggy Vincenta soutenu sa thèse de doctorat en 2008 sur Les Plesiosauria du Jurassique inférieur, sous la direction de Nathalie Bardet, du Muséum national d’Histoire naturelle (Paris). Spécialiste des reptiles marins, elle vient d’être recrutée par le CNRS comme Chargée de recherche. Auteur de plusieurs publications scientifiques, y compris d’un article sur Un nouveau plésiosaure en Normandie, paru dans L’Echo des Falaises N°17 (2013), elle sera l’invitée spéciale de l’APVSM 

photo : Plésiosaure de Normandie (reconstitution artistique de  © Guillaume Suan)


Chargement en cours...